• Commentaires des diapositives de Guy de Caluwé

    Guy de Caluwé était un féru de photo, et de 1960 à 1964, il a capté des moments extraordinaires de la vie au collège. Dans les derniers mois de l’année scolaire 1964, j’avais pu le convaincre, avec l’accord évidemment de l'abbé Lacrosse, d’organiser une projection de ses dias (dont je m’étais chargé d’enregistrer un commentaire et un mixage musical... mais je n’ai plus cette bande...) La projection fut faite dans la salle des fêtes, (en semaine ? un dimanche, pour meubler le temps des internes ?... J’ai le souvenir qu’il y avait pas mal de monde dans la salle).

    Guy avait préparé 5 racks de dias, et j’ai retrouvé la liste originale, écrite de sa main, de tous les titres, dans l’ordre chronologique des évènements photographiés. Je vous la livre ici par tranches. Si l’un de nous peut aller revoir Guy et lui demander l’autorisation de numériser ces dias... C’est un trésor de notre vieille histoire !

    Parcourons...

     

    RACK A

    Dias 3 à 16...

    Les premières photos remontent... au tour de France 1961 ! Nous étions tous rassemblés sur la route de Soignies, pour voir passer la caravane...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 17 à 26…

    Les festivités de fin d’année 60-61… La crémation de Mme Rhétorique, le soir, à la plaine de jeux...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 27 à 36...

    Les journées de réunion des parents étaient fort attendues par les internes. Ils ne rentraient pas chez eux tous les week-end, alors, quand les parents venaient les voir, c’était bien... Le collège était en fête... Nous avions droit à un meilleur menu... Puis, il y avait la fierté des élèves de la fanfare et de la clique de pouvoir enfiler leur uniforme aux guêtrons blancs bien astiqués, et de jouer et parader dans la cour.

    J’ai retrouvé cette photo prise de la fenêtre face à mon alcôve, du dortoir où nous ne pouvions nous trouver en journée que lors des visites des parents, et en leur compagnie évidemment... Toutes les fenêtres de la cour étaient encore grillagées, car ça volait haut et dans tous les sens, alors, les balles de foot... Qui se souvient de ce champion (Bernard Dehaene ?) qui parvenait, d’un dégagement puissant à la verticale, à envoyer sa balle jusque dans la corniche du bâtiment principal... que l’abbé Jacques Salmin, un féru de montagne, qui n’avait pas le vertige, allait régulièrement visiter et curer, rejetant dans la cour des dizaines de balles, au grand bonheur de ceux qui les récupéraient, et au désespoir de l’abbé Raoul Clara, qui voyait ses ventes (de ces fameuses balles rouges de mousse très dense) dégringoler... Heureusement que ses ventes de choco, coca, fanta, cigarettes... pouvaient rééquilibrer son chiffre...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Il avait beaucoup d’attentions pour nous, l’abbé Clara... Qui se souvient du « Jeu de Banque » qu’il organisait chaque année ? J’ai retrouvé le règlement du 16 janvier 1964, avec les noms des banquier, trésorier, conseiller, agents de change, receveur, délégués, avocats, … Quelle organisation !

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Anciens CSA - Commentaires diaLa fanfare du collège, c’était la fierté, bien légitime, de l'abbé Lacrosse (était-ce lui qui avait écrit la partition de la « Marche des élèves » du collège ? Qui se souvient de ce morceau ? Les frères Boulet (Luc et Philippe) devraient pouvoir le retrouver...) C’était l’époque où, plusieurs fois par semaine, pendant la récréation du soir, les classes du rez-de-chaussée résonnaient des cuivres que faisait répéter le célèbre Jean Deprêtre, qui formait patiemment les jeunes musiciens. Et pendant la récréation de midi, c’était au tour de la clique de répéter ses battements et roulements, s’entrainant en marchant va-et-vient derrière la grande salle d’étude, de la bibliothèque à la cheminée d’usine qui, derrière le bloc sanitaire, servait à l’immense chaudière desservant tous nos bâtiments...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    RACK B

    Dias 1 à 23...

    Les processions en ville… Nous avons vécu les dernières. C’était grandiose. Solennité. Apparat. Les internes étaient « priés » de se costumer en habit de page ou de jeune bourgeois.

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

    Photo du 12 juin 1960 : de gauche à droite :
    Jean Drappier - Christian Degand - Alain Dumon
    André Aubert

     

    C’était l’occasion, pour la fanfare du collège, de tenter de rivaliser avec les musiciens de la fanfare d’Enghien. Les deux fanfares alternaient leurs prestations, et nous suivions en marchant dans les petites rues et ruelles, où, derrière les fenêtres des maisons basses, garnies de statues fleuries et de cierges allumés, les vieux, en prières, et souvent en larmes, regardaient avec ferveur défiler cette belle jeunesse qui venait leur offrir ses couleurs et sa fierté pour égayer leur vieillesse...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dia 24...

    Une excursion à Mont s/Marchienne... Qui s’en souvient ?

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 25 à 28...

    Guy de Caluwé jouait du bugle, je pense. Il avait la charge, avec François Van Muylder, si je me souviens bien, d’entretenir les instruments du collège. C’était le grand souci des internes : avoir la charge de quelque chose qui leur permettait d’échapper à l’ennui des récréations, mais surtout qui leur procurait une planque chauffée où ils pouvaient aller fumer à s’engoudronner les poumons... Rappel des « planques » :

    • la procure (1re porte à gauche en quittant la salle aux pas perdus pour aller vers le grand escalier...)
    • le kot aux sports (entretien des godasses de foot, des sticks de hockey,...) (dans la cave profonde sous le grand escalier)
    • la salle de jeux des petits (entretien des jeux)
    • la salle des fêtes (l’équipe des machinistes)
    • la salle des jeux des grands (avec gestion du débit de boissons- tabac de l’abbé Clara) (le paquet d’Almos se vendait encore à 9 francs...)
    • la bibliothèque
    • la sacristie
    • le portier-sonneur... la meilleure planque... (je l’ai tenue au moins 2 ans… Elle me permettait d’aller partout n’importe quand...) (bien précieux quand j’ai sorti « Cordée », dont je peux encore reproduire les 8 numéros publiés en 62-63 et les 3 numéros de 63-64...)

    De Caluwé et Van Muylder avaient comme « kot » une minuscule cabane, dans la salle aux pas perdus, adossée à l’arrière de la grande salle d’études. Vous vous souvenez ?

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 29 à 31...

    Voyage des 3e et secondes en 1961-1962 à Anvers...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

    Dias 32 à C1...

    Une célébration avec parade de la fanfare à Horrues... Qui s’en souvient ?

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    RACK C

    Dias 2 à 12...

    Walcheren... Ça vous revient ?

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 13 à 17...

    Quand revenaient les beaux jours, difficile de garder enfermés les internes qui ne rentraient pas chez eux le week-end. Alors... on nous emmenait en promenade ! Accompagnés toujours d’un surveillant, nous marchions 2 à 3 heures dans la nature, et, récompense suprême, nous pouvions « exceptionnellement » aller prendre une bière !  Nous voici à Marcq, au café de la place de balle pelote, avec l'abbé Lacrosse...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 18 à 26...

    Répétitions de fanfare... Combien de visages à reconnaître si nous retrouvions ces dias...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 27 à D 2...

    Fin d’année 62-63... Qui se souvient de qui ?

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 3 et 4...

    Notre retraite à Schilde... Quelques fou-rires mémorables...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 5 à 10...

    La Ste Cécile... Menu spécial et permission de fumer pour les internes ! Et quel vacarme quand la fanfare faisait vibrer toutes les vitres des parloirs et du réfectoire pendant la grande répétition de fête que tous faisaient ce soir-là à « Jean », le chef adulé de ses musiciens...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 11 à 17...

    Notre « St-Nicolas », en décembre 63...

    J’ai un souvenir précis de la dia 12 : on y voit notre regretté Philippe Michel, assis-tailleur, coudre patiemment l’énorme tête de mort noire sur le grand drap blanc qui allait servir de fond de décor...

    Puis, Frans Van Muylder et Jean Hubo jouant aux artificiers pour régler la mise à feu du système (qui fonctionnera parfaitement) d’allumage de la fusée qui descendra des gradins du fond de la salle jusqu’à la scène...

    J’ai quelques photos de cette soirée, que je vous enverrai aussi...

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

     

    Dias 18 à E 4...

    Juste avant nos dernières vacances de Noël au collège, en décembre 1963, j’avais organisé... une soirée de music-hall... ! Avec la complicité de l'abbé Lacrosse et le sponsoring de l’abbé Clara, dont le business sympathique avait permis de couvrir les frais, j’avais pu inviter un orchestre de jazz professionnel qui nous a accompagnés pendant plus de 2 h, entre les petites scènes et les sketches auxquels plusieurs d’entre nous ont participé. Je faisais le présentateur. Entre deux scènes, le pianiste –un virtuose– me tire par la manche et me dit : « On va lancer un défi : on va improviser un nouveau morceau sur les notes du public ! » « Comment ça ? », lui dis-je. « Demande au public de choisir trois notes, au hasard, et nous construirons quelque chose là-dessus !... » Je me lance au micro et j’explique le défi. Je vois l'abbé Lacrosse, surpris, incrédule, blêmir dans le public. Quelqu’un me crie une première note... Le pianiste la joue à l’orchestre, sur plusieurs rythmes... Puis, une deuxième note... Puis une troisième... Quelques instants, les musiciens se lancent les trois notes de l’un à l’autre, chaque fois sur un instrument différent, en ébauchant un début de mélodie et un tempo... Le pianiste prend la main, récapitule, lance quelques regards interrogatifs à ses hommes, puis... Un claquement de doigts... Ça démarre : sur les trois notes venues du public, l’orchestre se lance dans un morceau de virtuosité où chaque instrument, à tour de rôle, joue en soliste avant de rejoindre le groupe. La salle applaudit à tout casser. À la fin du spectacle, l’abbé Buekens, notre petit surveillant, vient vers moi de son pas dandinant : « C’était tof, fieu ! »... me confie-t-il chaleureusement, avec un sourire qu’il ne nous avait quasi jamais montré... L’abbé Jecse, un passionné de grande musique, qui, avec sa superbe installation hi-fi de l’époque, emplissait de grands concertos les couloirs sombres des appartements des professeurs, vient vers moi et me reproche : « Dommage que vous ne m’aviez pas prévenu... je serais venu avec mes appareils pour enregistrer ça !... »

    Oui, dommage...

    Raison de plus de retrouver les dias de notre ami Guy à qui, en saluant son épouse, j’envoie également ce courriel, nous souhaitons le mieux pour sa santé.

     

    Anciens CSA - Commentaires dia

    Anciens CSA - Commentaires dia