• La Saint-Nicolas 1963

    Qui avait « concocté » le scénario de la soirée ? Philippe Michel avait pris beaucoup de choses en mains, avec Jean Hubo et Jean-Claude Lambrechts. Et qui encore ?

    Nous nous étions costumés dans « notre » salle-fumoir, à côté du bureau de M. Deffrennes. C’est là que, en me cachant, pour me donner du tonus et du courage, j’avais largement entamé la bouteille de whisky que j’avais demandé à un externe (Jean Ghyssens ?) de me procurer…

    Puis, une fois tous les élèves entrés dans la salle des fêtes, M. Deffrennes nous a accompagnés jusqu’à la salle, où un lourd rideau avait été tendu derrière le public pour nous dissimuler. Arrive la minute fatidique… M. Deffrennes remarque, malgré mon masque, que mes yeux semblent quelque peu chloroformés… Il me saisit le bras : « Ça va aller, Jean ?... » me lance-t-il, subitement inquiet. Je le rassure : « Mais oui… mais oui… »… J’écarte le rideau et je me lance en vociférant dans la salle. Toute l’assemblée se retourne.

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Un clown, criant des mots incompréhensibles, pénètre donc dans la salle, par l’arrière. À la seconde suivante, Arthur Buekens, également costumé en clown, fait irruption, avec moultes vociférations, en s’introduisant, lui… par la première fenêtre à l’avant gauche de la salle… L’attention du public est immédiatement ramenée vers l’avant, où toutes les têtes se retournent…

    Arthur et Jean, montés sur scène, s’invectivent en mots incompréhensibles… Arthur m’envoie une claque qui désaxe complètement mon beau chapeau auquel tenait le morceau de perruque que j’y avais scotché… La manoeuvre réussit : personne ne remarque que les machinistes font disparaître le voile noir qui, au balcon arrière, dissimulait l’engin spatial (confectionné par ?...) dont (… ? … ) provoquent à cet instant précis la mise à feu ! Une gerbe d’étincelles tombe de là-haut, juste au-dessus des sièges où était installé M. le Principal, qui, affolé, bondit de sa chaise, attrape les élèves les plus proches et les tire à l’écart !... Ouf ! Pas de brûlés… Les derniers brins d’étincelles s’éteignent, et le rideau qui dissimulait St Nicolas et son cortège peut alors s’écarter…

    Voici l’entrée de notre troupe

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    - ouvrent la marche : Francis Lelubre, portant le livre du grand saint où sont consignés les noms des « mauvais élèves » qui seront appelés sur scène pour recevoir leur châtiment. À sa gauche, le père fouettard, c’était qui ?

    - St Nicolas, c’était Michel de Wasseige. Mais qui était donc son enfant de choeur ?

    - Luc Suys, sur un vélo à 3 roues, est poussé par Jean Ghyssens flanqué de sa dame (Pierre Vansnick). Sous la cagoule Ku-kux-clan, c’est François Dechamps. Le cow-bow, Daniel Meulenyser ?

    - les 3 « costards sombres » qui suivent doivent être Joseph Dubois, Charly Ghilain et Michel Preud’homme.

    - le personnage sombre à la baguette à l’épaule, c’est Francis Bourdeaud’huy.

    - derrière lui, en costume marin, c’était qui ?...

    - à l’arrière, le fakir noirci au cirage, c’est Jean-Claude Lambrechts

    Les deux clowns disposent les arrivants aux places qu’ils leur désignent sur la scène. Voyez comment Arthur avait désaxé ma belle perruque…

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Jean Ghyssens en discussion avec sa belle (Pierre Vansnick), Luc Suys (devant François Dechamps cagoulé), Charly Ghilain et Jo Dubois.

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Pierre, Luc, François, Charly, Joseph et –terrifiant- : Francis Bourdeaud’huy, qui allait officier en bourreau…

    La lumière du flash rend ici visible le fil nylon que les machinistes avaient préparé pour les besoins du sketch imaginé par Jean-Claude Lambrechts : le moment venu, Jean-Claude, en position de pré-lévitation, allait jouer sur une flûte magique qui allait provoquer un miracle : une grosse corde, soulevée par le fil nylon invisible du public, allait s’agiter comme un serpent dressé par son charmeur, et allait être solidement fixée dans le haut de la scène par les machinistes. Puis, Jean-Claude, dont la force physique nous épatait tous, allait grimper à la grosse corde, à la seule force des bras… Époustouflant ! Applaudissements !

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Le supplice des deux élèves châtiés, sous la baguette de Francis Bourdeaud’hui, la surveillance de Michel Preud’homme, et les sarcasmes du clown de service…

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Assis, costumé en artiste-peintre, Guy de Caluwé s’amuse des clowneries d’Arthur et de Jean, qui prépare la guitare avec laquelle il va supplicier le mauvais élève suivant : Luc Drappier, le petit frère de Jean…

    On entrevoit deux de nos machinistes dans les coulisses. Qui était-ce encore ?

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Voici le supplice musical ; le 1er morceau était tout à fait inédit, composé par Luc. Au 2e morceau, nous nous sommes lancés dans une adaptation du « What I say » de Ray Charles. Arthur s’est mis à swinger autour de nous, provoquant de gros éclats de rires…

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Si ce zoom peut aider à réveiller les souvenirs de notre ami Guy…

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Nous quittons la scène, aux sons de la fanfare et de la clique. Van Muylder et Meuleneyser précèdent Guy, Arthur et moi, et les suivants…

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Mais qui était donc l’officier de marine que l’on aperçoit bien ici, de profil, à l’arrière-plan ?...

    Allons ! À vos méninges et à vos souvenirs !


    À+

     

    Anciens CSA - Saint-Nicolas 1963

     

    Jean Drappier - 18 mars 2014.