• L'Ensemble Rythmique Enghiennois

     

    A Enghien, comme dans de nombreuses autres cités de notre pays, il n'était pas rare de rencontrer jusque dans les années 1960 des formations musicales qui animaient les bals ou les soirées dansantes dans des cafés et autres lieux qui pouvaient recevoir du public.

    Notre ville possédait plusieurs salles de ce type. Mais un lieu de qualité a servi de théâtre, de salle de concert, de conférence mais aussi de bals et de soirées musicales, c'est le Salon Patria (1).

    L'Ensemble Rythmique Enghiennois était l'une de ces formations locales à s'y produire. De ce groupe de musiciens, nous présentons ici une photo réalisée en 1941 par Roger Bachman (2) et éditée en carte postale quelques temps après la prise de vue. La photo représente la formation composée de neuf musiciens jouant sur la scène du Salon Patria. Une manifestation qui avait demandé l'obtention d'une autorisation des forces d'occupation et le respect d'un programme auquel il y eut une entorse (3).

     

    Un orchestre enghiennois

     

    Sur cette photo nous pouvons reconnaître :

    • Debout sur le côté gauche de la photo Roger Dehandtschutter (1921-†1976), boulanger pâtissier chocolatier et professeur de pâtisserie à Bruxelles. Il jouait à la fois du violon comme présenté sur la photo mais il travaillait aussi la clarinette.

    • Joseph Vanherreweghen, un saxophoniste, plus connu sous le nom de Titje l'Avenir. Il habitait rue de l'Yser et exerçait la fonction de chef de gare à Saintes.

    • Le troisième musicien serait un certain Bourleaux jouant ici du bugle. Hélas, nous n'avons pas de renseignements sur cette personne.

    • Devant la batterie, un guitariste. Père et grand-père d'une lignée de musiciensqui pratique encore de nos jours la musique dans des formations, c'est Jean Dodelé  (4).

    • Toujours sur le premier rang, l'accordéoniste de l'orchestre, Alphonse Clinckart. Devant lui est positionné le pupitre avec les initiales de l'Ensemble Rythmique. Il était coiffeur rue d'Argent et papa de « Petit Jean » qui exercera le même métier que son père à Enghien.

    • Le musicien suivant est Jean Beke (1921-†1997), un employé de banque violoniste à ses heures de loisir. Il habitait dans le bas de la rue du Château.

    • Vient ensuite un joueur de banjo Alphonse Vanheygen. Musicien malchanceux qui, suite à un problème aux mains, dut se mettre à jouer d'un autre instrument.

    • Le dernier interprète de la rangée du bas est Alfred Duré (5) (1912) qui fut l'un des concierges de l'école moyenne d'Enghien et par la suite de l'Athénée Royal d'Enghien. Il jouait de la clarinette mais aussi du banjo et du violon.

    • Enfin le dernier membre du groupe, le batteur est Maurice Cuvelier (1923-†1993). Connu des Enghiennois et des Petits-Enghiennois, il était avec son épouse le propriétaire de « La Réserve », établissement sis sur la chaussée de Bruxelles à Petit-Enghien, près du café « Le Napoléon », repris et transformé par son beau-fils, Yves Lambrechts, traiteur enghiennois tenant aujourd'hui avec sa fille et son beau-fils, le restaurant « La cuisine de mon Père ». Toutefois, ce sera dans la capitale, à Bruxelles, que le couple fera ses débuts dans l'HORECA. Il gérait l'Hôtel des Sauveteurs.

    L'une des activités de cet orchestre était d'animer les entractes lorsque le salon devenait une salle de cinéma. Ils étaient les initiateurs de concerts pour leur propre compte, mais aussi pour des sociétés locales qui les appelaient pour animer une soirée, un bal. Leur musique favorite était le jazz, et vers la libération, elle s'orientera vers le style jazz anglais et avec l'arrivée des troupes américaines, à la Glenn Miller, surtout après la fm de ce second conflit armé. Pour pouvoir présenter un programme de qualité, les répétitions de cette formation se déroulaient souvent rue des Eteules dans la salle qui appartenait à « Pitong » un nom, un spot enghiennois.

    Cette formation cessera pratiquement ses activités musicales dans les années 1950.

    Jean Leboucq

    Bulletin trimestriel du Cercle Royal Archéologique d'Enghien n° 58 - février 2008 - pp. 1097-1099.

     

    (1) Le Salon Patria a fermé ses portes au début des années 1970 pour devenir un commerce très connu « Tout pour l'Enfant » dans la rue de Bruxelles, avant de devenir quelques années plus tard une petite surface, l'UNIC qui passera dans les années 1990 au groupe GB, pour être en cette fin de XXe siècle racheté par un autre dealer de l'alimentation en général, le groupe Carrefour, qui en fera un « Carrefour Express » ouvert pratiquement tous les jours de la semaine.

    (2) Roger Bachman, allias R. Backmann (1907-†1944) était un photographe installé rue de Bruxelles, auteur d'une série de CPA sur la ville et le Parc et de cette carte sur l'Orchestre Rythmique Enghiennois. Concernant l'écriture de son nom suivant les éditions et les papiers officiels nous avons trois orthographes, à savoir Backmann, Backman et Bachman dans les registres.

    (3) Pendant la guerre 1940-1945, il était interdit d'organiser des activités culturelles. Toutefois l'autorisation fut accordée accompagnée d'une note spécifiant le respect d'un programme déterminé. Celui-ci fut respecté pratiquement jusqu'à la fin, où le morceau de musique anglaise fut joué, faisant que un à un les musiciens durent quitter les lieux subitement pour ne pas être inquiétés (anecdote rapportée par le fils d'un des musiciens).

    (4) Jean Dodelé était avec son frère Paul deux commerçants, l'un de papier peint, l'autre de chaussures dans la rue Montgomery et la rue d'Hoves. Jean Dodelé est le papa de Léon Dodelé, époux de Marie-Claire Huwart. Jean Dodelé était musicien dans le groupe « Les Mackensies » et « Les Espadons » comme batteur. Son fils ne délaissera pas la musique, étant lui aussi un passionné et un interprète reconnu.

    (5) Alfred Duré était technicien pour la Société de Bournonville connue pour ses machines Bull.