• Jumelage Enghien - Enghien-les-Bains

     

     Jumelage Enghien - Enghien-les-Bains

    Que sera demain pour le Jumelage ?

    par Jean Leboucq 

     


    Si 2008 fut une année exceptionnelle, pendant laquelle sera fêté le cinquantième anniversaire du Jumelage qui associait officiellement les relations entre les deux villes, espérant ainsi de les pérenniser, les amplifier bien que séparées par une frontière et une distance de près de 300 km, il faut reconnaître qu'assurer la continuation des relations en ces années calmes, n'est pas chose simple dans un monde informatisé et tourné de plus en plus vers des notions différentes de découvertes et de rencontres dépassant un simple jumelage et considéré pour beaucoup un peu trop vieillot et dépassé face à tous ces sites de rencontres et de découvertes que la toile informatique offre à qui sait cliquer.

    Qu'ils se rassurent aujourd'hui comme hier et certainement comme demain ce sont ces activités culturelles bien installées dans le temps qui feront que leur nécessité sera toujours appréciée et reconnue et un jour remise à l'honneur que tous apprécieront et seront heureux de vivre.

    Pour mémoire remontons quelque peu le temps, car si aujourd'hui cette société anime une page de la vie culturelle locale nous la devons à des personnes, qui après Mr Boucher d'une part, le maire d'Enghien-les-Bains en 1957 et Mr le chevalier le Clément de Saint Marcq bourgmestre d'Enghien en 1958 d'autre part, ont officialisé cette ouverture vers l'autre.

    Toutefois avant de retracer brièvement l'histoire de ce jumelage, permettez-moi de féliciter et remercier pour leur ténacité et leur détermination contre vents et marées, les personnes qui depuis plusieurs années conduisent les destinées de ces comités.

    Michel Lebargy et son épouse pour le Comité du Jumelage d'Enghien – Enghien-les-Bains dans la cité thermale et Jean-Marie Artuso, son épouse et toute l'équipe du comité du Jumelage d'Enghien. Je tiens aussi à remercier le Collège des Bourgmestres et Echevins, en particulier Clément Crohain qui redora et redressa cette liaison entre les deux cités, Florine Pary Mille qui pendant ses mandats s'attacha à perpétuer les rencontres entre les deux comités et au travers de ceux-ci ceux et celles qui apprécient le jumelage.

    Aujourd'hui la Ville au travers de son comité du jumelage continue cette action qui trop souvent doit être explicitée pour en assurer la continuation.

    Revenons brièvement sur l'histoire des deux cités et nous pourrons peut-être déjà lier ce jumelage, bien qu'en ces temps cette notion n'existait pas, à la donation du nom d'Enghien, tantôt « la cerise » et après les découvertes de l'Abbé Cotte à celui donné à en rappel de son thermalisme « Enghien-les-Bains », mais fait intimement lié à notre passé, ce qui remonte au XIVème et XVème siècle lorsque la noble famille des Luxembourg, unie par mariage à celle d'Enghien reçoit dans son giron Enghien et son bailliage, une longue histoire qui mérite d'être développée.

    Toutefois les premiers rapprochements entre les deux cités datent du début du 20ème siècle, malheureusement dans des circonstances pénibles, liés à cette pénible période, la première guerre mondiale.

    C'est le premier geste d'une longue série, daté du 6 août 1914 ou Mr Helary, alors maire de la cité des thermes, envoyait à notre bourgmestre Mr Pierre Delannoy, un télégramme de soutien à tous les enghiennois concernés directement ou non dans cette épreuve.

    Ce fait se reproduira vingt six ans plus tard, le 16 mai 1940, lorsque le premier citoyen, Mr Paternôtre-Desnoyer, enverra également un télégramme de soutien à notre bourgmestre, Mr Pierre Delannoy. Ce sont des gestes simples longtemps restés dans l'anonymat et pourtant.

    Quinze années seront nécessaires pour que de nouvelles démarches, de nouvelles ouvertures se concrétisent. Celles-ci ne pouvaient être envisagées que lorsque notre cité aurait retrouvé son rythme de vie et que toutes les plaies de ce fléau aient disparus. C'est dans cette période qu'Armand Patte, jeune commissaire de Police à Enghien, commandant des Pompiers de la cité des Titjes et Président de la Police Belge, rencontre au hasard d'une réunion tenue à Paris pour la police Belge, son homologue d'outre Quiévrain et surtout le commandant des pompiers de cette ville. Vont s'en suivre rapidement sur le plan local, la mise en place d'un comité des fêtes, placé sous la responsabilité du bourgmestre.

    Il allait permettre l'ouverture de nouveaux horizons et mettait à son programme la concrétisation d'un jumelage entre les deux villes. Il se composait notamment de Mr Arthur Vanderroost, de René Clinckart, d'Armand Patte et de quelques dévoués à cette cause. Toutefois deux années seront nécessaires pour lancer et créer le jumelage en s'assurant de l'avis favorable de la population pour cette aventure. C'est en 1957 que la signature des chartes fut concrétisée à Enghien-les-Bains en présence des autorités belges qui avaient fait le déplacement. Une année passée et se sera sous la pluie, une fidèle amie des activités Enghiennoises que se dérouleront dans nos murs les fêtes accompagnant la signature des chartes. Par la suite des fêtes décennales seront mises sur pieds par les Administrations en place avec la collaboration de sociétés locales en 1967, 1968, 1977, 1978, 1987 et 1988 en alternance en Belgique et en France.

    Pour le 40ème anniversaire de cette fondation, en 1997 les activités seront renforcées avec la mise en place chez nous d'un comité de Jumelage, ayant repris à son actif le travail effectué pendant plusieurs années par le Service Culturel de la Ville et son responsable Jean Leboucq qui assurera avec ce comité la mise sur pieds des activités outre Quiévrain et en 1998 dans nos murs. Cette union entre les deux Enghien vivait bien, avec les joueurs de pétanque, les cyclotouristes, les services Clubs, l'Académie de Musique, le Cercle Archéologique, les cavaliers, les pompiers, les clubs de pensionnés, les joggeurs, le Service des Plantations des deux Villes et d'autres sociétés qui ponctuellement animeront année par année cette association quelque peu différente de celles existant dans les deux communes.

    Aujourd'hui elle vit quelque peu au ralenti, certainement par lassitude ou par manque de motivation. Pourtant pouvoir échanger avec des personnes qui souvent ont la même passion est intéressant et permet d'ouvrir des horizons trop souvent limités aux limites de notre cité.

    Cet aperçu à la fois historique et culturel permet de mesurer le chemin parcouru pendant pratiquement ces soixante années d'existence d'amitié et de relation entre les deux cités, même si parfois les idées et les visions diffèrent. Mais l'esprit du jumelage l'emportera et conduira si nous le voulons à de nouvelles rencontres et échanges entre les deux cités.

    Enghien le 5 juillet 2014.

     

    Article extrait du Bulletin du Jumelage - N° 11 - Août 2014 - p. 2.
    Publié avec l'autorisation de l'auteur.
    (N.D.L.R. : Aucune correction n'a été apportée au texte original.)
     
    Quelques documents sur le Jumelage : cliquer ICI