• 11 novembre - Anniversaire de l'Armistice

     

     

    Marcq 1914-2014

     

    Marcq 1914-2014

     

    Ce mercredi 11 novembre 2015 ont eu lieu les commémorations de l'anniversaire de l'Armistice de 1918.

    Une messe solennelle a été célébrée en l'église Saint-Nicolas d'Enghien à 10h30. Après cette cérémonie, les autorités et les participants, dont les mouvements de jeunesse (patros, scouts, guides,...), se sont rendus en cortège au Monument aux Morts, au Parc communal, en empruntant la rue Montgomery (Grand Place), la rue de Bruxelles, la rue Général Leman et l'avenue Albert Ier. Un hommage a été rendu aux victimes des guerres 1914-1918 et 1940-1945, en présence d'un public venu très nombreux, ainsi qu'une présence massive des mouvements de jeunesse. Les discours, tant du Doyen que du Bourgmestre, nous ont rappelé que la guerre touche encore aujourd'hui de nombreuses populations désemparées. Bouquet final dans le Parc d'Enghien qui s'est illuminé au moment du lâcher de ballons blancs pour la Paix.

     

    Photos Bénédicte Linard et Guy Leclère

     

    L’armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5h15, marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés et la défaite totale de l'Allemagne, mais il ne s'agit pas d'une capitulation au sens propre. Le même jour, l'empereur d'Autriche Charles Ier renonce au trône... mettant fin à plus de 600 ans de règne : celui des Habsbourg sur l'Autriche.

    Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant de la mer du Nord à la frontière suisse des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 8 millions de morts, d'invalides et de mutilés. Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d'État-Major du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne.

    "Une larme coule sur la joue du capitaine von Oberndorff. Ce moment est certainement le moment le plus émouvant, le plus dramatique dans la simplicité de cette scène, qui a toute sa grandeur justement dans son extrême simplicité", raconte en 1958 le général Maxime Weygand, chef d’état-major du Maréchal Foch.

     



    Plus tard, en 1919, à Versailles, sera signé le traité de Versailles.

    L'état-major souhaite un lieu isolé des regards capable d'accueillir deux trains : un pour les alliés et l'autre pour les Allemands. L'ancien épi de tir désaffecté du Francport est redécouvert par hasard. Il convient parfaitement. Il est proche de la gare de Rethondes ce qui permet de ravitailler en eau les machines qui sont en permanence maintenue en chauffe et il est assez éloigné pour permettre des discussions loin des regards. Les journalistes sont tenus volontairement à l'écart. Un chemin en caillebotis est installé entre les deux trains pour permettre les déplacements des plénipotentiaires. L'Armistice est signée dans le wagon-restaurant du train français. Ce dernier est ensuite transformé en musée. En 1940, Adolf Hitler le fait emmener à Berlin où il est détruit lors des bombardements de 1944-1945. Une réplique a été réalisée et est aujourd’hui présentée en forêt de Compiègne.

    Le 11 novembre correspond aussi à la Saint Martin.


    ***

    Homélie de Benoît Lobet, Doyen d'Enghien

     

    Monsieur le Bourgmestre,
    Mesdames, Messieurs les Echevins et Membres du Conseil Communal
    Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Membres du CPAS,
    Messieurs les Représentants des Autorités Militaires,
    Mesdames et Messieurs les Représentants des Associations Patriotiques,
    Mesdames et Messieurs,
    Frères et Sœurs,

    Soyez tous les bienvenus dans cette église d’Enghien où la coutume veut qu’une célébration rassemble les citoyens de toutes obédiences dans une commune intercession pour la paix, au jour où nous commémorons l’armistice de la Grande Guerre de 1914-1918. Nous savons tous combien la paix dans le monde est devenue de plus en plus fragile, au Moyen-Orient, en Afrique ou sous d’autres latitudes. Nous mesurons combien la moindre étincelle, en ces régions du monde minées par la détresse économique et les fanatismes religieux, peut mettre le feu aux poudres et entraîner la planète dans une nouvelle déflagration, qui ruinerait évidemment aussi notre continent européen et nos pays. Aujourd’hui est un jour de mémoire et de prise de conscience. Tous, ici, nous voulons la paix, que nous soyons croyants ou non, nous nous engageons pour la paix, car seule la paix constitue à nos yeux un horizon possible de l’humanité et, pour elle, un avenir souhaitable.

    Je remercie en particulier les jeunes des Mouvements d’Enghien, Scouts et Patros, qui depuis quelques années s’associent à notre célébration, et prennent en charge l’animation de la messe qu’en votre nom à tous je vais maintenant présider.

    Parmi les lèpres qui défigurent l’humanité, à côté de la maladie, de la misère économique ou de la misère morale, la guerre et la violence ne sont pas les moindres. Chaque jour nous rapporte le récit de monstruosités, d’êtres humains qui se déchirent entre eux, avec quelquefois des raffinements de stratégie et de cruauté que les espèces animales, même les plus redoutables, ne soupçonnent pas. Homo homini lupus : « l’homme est un loup pour l’homme », écrivait le poète latin Plaute, mais il sous-estimait malheureusement la vérité : l’homme est bien plus dangereux pour l’homme que tous les loups du monde, même réunis en une unique meute affamée ou hurlante.

    Lorsqu’au matin du 11 novembre 1918 retentit sur les champs de bataille européens l’ordre de cesser les combats, l’heure était à la désolation, et dans tous les camps, y compris celui des vainqueurs. La boucherie de la Grande Guerre avait décimé notre continent, l’avait privé de sa jeunesse – en particulier de ses jeunes hommes, qui avaient crevé pendant quatre années dans les tranchées, de faim, de soif, des blessures des obus ou des empoisonnements des gaz. Les « poilus » comme on disait, ont été une génération sacrifiée – ils avaient dix-huit, dix-neuf, vingt ans, guère plus, et leurs noms sont inscrits, modeste récompense, éphémère souvenir, sur les monuments aux morts de toutes nos places publiques. Mais, on ne le savait pas encore en 1918, la lèpre de la Grande Guerre devait récidiver quelque vingt années plus tard, dans une Europe redevenue malade de ses frustrations et en proie aux idéologies les plus avilissantes, comme celle du racisme prêchée par les Nazis hitlériens. Pendant un peu plus de cinq ans, de nouveau, le feu et le sang allaient enlaidir notre Continent et faire du XXème siècle l’un des siècles les plus barbares de l’histoire humaine – peu à peu, on allait découvrir l’horreur des camps d’extermination, la suppression programmée, d’une façon scientifique, de toute une partie de l’humanité, pour le seul fait qu’elle appartenait à une race supposée inférieure et non-humaine. La lèpre, encore, semblait avoir gagné.

    L’Evangile que nous venons d’entendre nous invite à ne pas nous résigner à la lèpre, mais à la présenter, comme toutes nos autres maladies humaines, à la guérison du Christ. Cela signifie que la solution n’est pas complètement entre nos mains : avec la meilleure volonté du monde, l’être humain ne peut, de lui-même, déraciner de son cœur les âpres surgeons de haine qui finissent toujours par alimenter les conflits internationaux. Mais il peut prendre conscience de sa propre plaie et l’offrir à la guérison de Celui que Dieu envoie vers lui pour l’en guérir. Une fois guéri, du reste, il ne doit pas manquer, ajoute l’Evangile, de revenir sur ses pas pour en rendre grâce et mesurer l’étendue de la guérison en même temps que celle du mal dont il a été tiré. N’est-ce pas ce regard en arrière que nous appelons tous, croyants ou non, un geste « mémoriel », un « devoir de mémoire » ? Se souvenir, pour ne plus recommencer, et surtout ne pas imaginer que nous serions désormais à l’abri…

    Ce n’est pas que la responsabilité de l’être humain soit nulle : la première lecture, du Livre de la Sagesse, rappelait chefs d’Etats et puissants de ce monde à leurs devoirs et disait que leurs complaisances ou leurs crimes ne resteraient jamais impunis. Puissent-ils entendre cette menace que la Parole de Dieu reprend non pour le plaisir d’humilier, ou de rabaisser ceux qui sont en charge des Etats, mais pour rappeler que toute puissance est au service du bien commun, c’est-à-dire au service du bien de l’humanité tout entière.

    Le 11 novembre, commémoration de l’armistice, est aussi le jour où, dans l’Eglise latine, la liturgie fait mémoire de l’évêque saint Martin, ce légionnaire hongrois du IVème siècle devenu l’un des évangélisateurs de nos pays européens, après s’être converti au Christ reconnu dans un pauvre auquel il avait partagé son manteau, tandis qu’il traversait la campagne d’Amiens. Devenu moine à Ligugé, près de Poitiers, puis évêque de Tours, sa figure rayonnante de paix marqua tellement ses contemporains qu’ils en firent souvent le saint titulaire de leurs églises paroissiales, comme chez nous, à Marcq. Que saint Martin, ancien soldat devenu bienheureux moine et saint évêque, soucieux des pauvres et des petits, intercède avec nous ce matin pour que la paix règne dans le monde. Amen.

     

    Sources :

    Wikipedia
    Francetvinfo.fr
    Paroisse Enghien-Silly
    Guy Leclère
    Bénédicte LinardP